La Boutique ÉPICE
Palais Royal

N°6 - ÉPICE Paris

Un havre de paix, 

28 Galerie de Montpensier

Pour son flagship Parisien Epice a choisi le Jardin du Palais Royal, un lieu d’exception où il fait bon flâner loin du bruit de la capitale. Sous les arcades historiques, les galeries de Valois et de Montpensier abritent des boutiques exclusives qui animent ce jardin préservé, très prisé pour un shopping chic et pointu ou une pause détente.
Inaugurée le 2 octobre 2010, la boutique reflète un art de vivre cher à nos designers. L’espace ouvert et lumineux fait la part belle aux matériaux naturels et durables et privilégie les meubles faits main. Dans ce lieu épuré où tout est pensé pour le bien-être, le soin du détail saute aux yeux. Les étoles et sacs exposés forment des îlots de couleurs qui se détachent sur une palette de gris, de blanc et de bois. Le display créatif décliné dans une harmonie de teintes et de motifs est renouvelé plusieurs fois par semaine, en phase avec la tonalité des saisons ou du jour, explique Zohra, qui a carte blanche pour présenter les modèles.

Une atmosphère d’atelier au Palais Royal

Derrière deux grandes tables de drapier réalisées par l’ébéniste parisien Patrick Maurel, les étoles sont rangées dans une soixantaine de boites en carton gris. Le grand meuble élégant et fonctionnel qui accueille ces boites est une conception originale de l’architecte, Philipe Duprat. Il avait imaginé un élément à la fois imposant et aérien, semblable à une volière pour amener un effet de transparence et de profondeur. Les boites produites sur mesure par un artisan danois ne remplissent pas entièrement leur compartiment. Au contraire, elles laissent passer la lumière, insufflant une respiration et une réelle légèreté à l’ensemble. La structure en bois patiné dessinée par l’architecte a été fabriquée par Patrick Maurel.
Le catalogue de la collection en cours est installé sur un pupitre en bois réalisé par le même artisan. Des crayons de couleurs et du papier sont mis à disposition pour noter les références des étoles que l’on souhaite sortir des boites. On vient ici pour les couleurs exclusives, les matières douces et les designs uniques. Luxe, Calme et Volupté bercent les lieux.

Gerard Blaise, designer

Pour cĂ©lĂ©brer l’ouverture de la boutique, notre ami GĂ©rard Blaise avait imaginĂ© un carrĂ© en crĂŞpe de soie. DĂ©clinĂ© en plusieurs coloris, le dessin reprĂ©sentait les arcades, les grilles et les jeux de lumières du Palais Royal, tel un instantanĂ© sublimĂ© de notre devanture. Toute l’équipe lui rend hommage. 

L’héritage scandinave

Avec son atmosphère conviviale baignĂ©e de lumière naturelle, la boutique est une fenĂŞtre ouverte sur le style scandinave. La volontĂ© de l’architecte Ă©tait de crĂ©er un lieu authentique et fonctionnel, imaginĂ© comme un espace de travail centrĂ© sur l’essentiel. Il fallait un cadre apaisant, surtout pas intimidant, pour faire Ă©cho Ă  la quiĂ©tude du Jardin du Palais Royal. Rien n’a Ă©tĂ© laissĂ© au hasard. Dans la pure tradition nordique, de longues patères murales en bois optimisent l’espace et assurent une circulation fluide, sans entrave. On y suspend les Ă©toles ou de courtes Ă©chelles faciles Ă  dĂ©placer portant des châles dĂ©ployĂ©s. L’escalier droit en bois clair permet d’accĂ©der au stock, puis cette pente d’escalier devient espace de rangement pour nos boites qui se fondent dans le dĂ©cor. 

Un style, une expression populaire

Le terme Design Scandinave s’est gĂ©nĂ©ralisĂ© lors de l’exposition Design in Scandinavia en tournĂ©e aux USA et Canada de 1954 Ă  1957. Sur une idĂ©e du magazine amĂ©ricain House Beautiful ce salon itinĂ©rant invitait Ă  dĂ©couvrir un nouvel art de vivre portĂ© par un design Ă©lĂ©gant, simple et fonctionnel reprĂ©sentĂ© par 700 objets venus des 4 pays nordiques, la Suède, le Danemark, la Norvège et la Finlande. Cette approche minimaliste et pragmatique de la dĂ©coration intĂ©rieure mettait en avant une recherche d’équilibre parfait entre la fonction, la forme et l’esthĂ©tisme des objets du quotidien, magnifiĂ©s par des savoir-faire traditionnels. 

A Copenhague, la première Cabinetmakers’ Guild Exhibition organisĂ©e en 1927 assure la promotion d’une corporation d’ébĂ©nistes plutĂ´t traditionnelle. Pour relancer la crĂ©ativitĂ© des formes et moderniser leur profession, quelques maitres Ă©bĂ©nistes proposent de collaborer avec les Ă©tudiants de l’architecte Kaare Klint, pionner du design danois. Ils organisent un concours dans le cadre de leur exposition, incitant architectes et designers Ă  dĂ©velopper de nouvelles idĂ©es adaptĂ©es au travail d’ébĂ©nisterie. Ils posent ainsi les bases historiques d’une symbiose entre le design et l’artisanat, un partenariat qui annonce l’âge d’or du design danois. De nombreux designers ont reçu une formation d’ébĂ©niste et forgĂ© de longues collaborations avec un atelier d’ébĂ©nisterie pour la mise en Ĺ“uvre de leurs pièces magistrales : Kaare Klint et Rudolph Rasmussen (Safari Chair) Hans Wegner et Johannes Hansen (Round Chair) Finn Juhl et Niels Vodder (Chieftain Chair).
GĂ©rard Blaise, dessin des arcades du palais Royal