Poul Henningsen
Mester de la lumière douce

N°5 - ÉPICE Paris

Les savoir-faire manuels, le choix des matières et le souci du dĂ©tail sont indissociables du style scandinave. Solidement ancrĂ©e dans cette tradition, la Maison Epice a choisi de prĂ©senter sa collection AH21/22 dans un cadre emblĂ©matique du design danois, l’insolite PH’s eget hus construite en 1937 par l’architecte designer, pionnier de l’éclairage indirect, Poul Henningsen, dit PH. SituĂ©e Ă  Gentofte, banlieue rĂ©sidentielle au nord de Copenhague, cette maison familiale dĂ©tonne par son style industriel et ses fenĂŞtres rouges, pied de nez assumĂ© au conservatisme bourgeois de l’époque.  Les murs verts, bleus, ou jaunes tĂ©moignent des recherches de PH sur l’interaction des couleurs froides et chaudes,
  tandis que le papier peint aux femmes nues, dessinĂ© par le peintre Albert Naur semble ĂŞtre un clin d’œil Ă  l’esprit de provocation du designer. Patrimoine protĂ©gĂ© depuis 1995, la maison acquise par Realdania By & Byg en 2014 a Ă©tĂ© restaurĂ©e Ă  l’identique.
L'Ă©clairage Ă©lectrique
sera beau

L’art, la science et le design selon PH

L’ampoule Ă  incandescence qui se gĂ©nĂ©ralise au dĂ©but des annĂ©es 1920 introduit une lumière dure et peu flatteuse dans les foyers. Cet Ă©clairage moderne contraste avec la lumière douce des lampes Ă  pĂ©trole ou de l’éclairage au gaz. 

Henningsen développe son Système PH dans le but de restituer un éclairage flatteur et apaisant, proche de la lumière du jour et non-éblouissant. Son point de départ est le feu de camp qu’il qualifie de première lampe de l’humanité et qui produit une lumière chaude et douce, du bas vers le haut. Le premier modèle de la lampe PH est un ensemble de trois abat-jours séparés, basé sur des calculs scientifiques : la répartition homogène de la lumière et la réduction de l’éblouissement dictent la dimension, la forme et le positionnement de l’abat-jour.


En 1925, Henningsen remporte la médaille d’or à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs & Industriels de Paris avec son invention présentée sous forme de suspension, rebaptisée Paris Lamp, éditée par Louis Poulsen. Six abat-jours réfléchissants et superposés entourent l’ampoule à filament pour produire une lumière indirecte.
Fin décembre 1925, Poul Henningsen et l’éditeur Louis Poulsen déposent le brevet de la Lampe PH, future icône intemporelle de l’art du luminaire. La demande d’enregistrement intitulée « Réflecteur pour lampe incandescente » précise qu’il s’agit d’une invention et d’une œuvre d’art. Lorsque les ampoules en verre dépoli remplacent les ampoules transparentes, le rayon lumineux se disperse sur toute la surface et devient difficile à diriger.

Henningsen est contraint de revoir son système. Il rajoute un abat-jour et des réflecteurs peints en rouge ou bleu qui corrigent le défaut jaunâtre du spectre lumineux des ampoules modernes.
Le designer consacrera sa vie à l’amélioration de sa Lampe PH dans le but de créer une lumière parfaite. Il atteindra cette perfection avec son bestseller, la PH 5 aux 5 abat-jours, éditée en 1958 par Louis Poulsen. La PH Artichoke (1957) le PH Grand Piano (1930) ou la PH Snake Chair (1932) figurent parmi les créations cultissimes du design danois.

Le poète Otto Gelsted rend hommage à son ami avec le poème Til en PH-Lampe qui se termine ainsi :

Observe a PH lamp on a grey December day You’ll see the old pact between spirit and light in a new way